Chazelles-sur-Lavieu

  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu
  • Chazelles-sur-Lavieu

Accueil du site > Histoire > Vive l’Empereur

Vive l’Empereur

Ce jourd’hui quatre avril mil huit cent seize à huit heures du matin est comparu par devant Nous, Maire soussigné, le sieur François PERAGÛ, âgé de vingt ans, fils du maire de la commune de GUMIERES, demeurant avec son père au chef lieu de la commune de GUMIERES, lequel nous a déclaré, qu’hier à trois heures du soir, se rendant de CHAZELLES à GUMIERES, il entendit, en passant auprès des ouvriers de Claudine MORISTEL veuve de Jean-Marie MONTET, domiciliée au Bourg de CHAZELLES, lesquels ouvriers bêchant la terre sur les limites de démarcation des deux communes, pousser le cri séditieux de VIVE L’EMPEREUR par l’un d’eux après plusieurs invectives adressées à lui personnellement.

Informations prises, les ouvriers sont André SOLLE ou Robert, Antoine BAROU, Jean FAURE, Jacques PEALOUX, tous domiciliés au Bourg et commune de CHAZELLES SUR LAVIEU, et enfin Jacques et Victor MONTET, fils de la susdite Claudine MORISTEL veuve MONTET ; le déclarant après avoir ajouté n’avoir pas distingué lequel avait prononcé le cri séditieux a signé avec Nous la présente déclaration.

Ce même jour quatre avril mil huit cent seize à sept heures du soir, Nous Maire avons fait appeler le nommé André SOLLE l’un des ouvriers de la veuve MONTET, présent lorsque le cri séditieux avait été poussé, interrogé s’il avait entendu crier « VIVE L’EMPEREUR » au moment où le Sieur François PERAGUT passait, a répondu que le cri séditieux avait été poussé par Jacques MONTET fils de Claudine MORISTEL, veuve MONTET , âgé d’environ dix-sept ans et demeurant avec sa mère au chef lieu de la commune de CHAZELLES SUR LAVIEUX, de laquelle réponse j’ai dressé le présent procès-verbal sur le registre de la mairie pour prouver et valoir ce que de raison.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF